Bye bye Quinzième!

Nous terminons dans la joie cette 15ème saison du Cabaret, alors que nos voisins américains s’inspirent de notre formule en élisant sur leur scène politique un amuseur public au verbe coloré. On leur souhaite quatre années comme nos six semaines, c’est-à-dire pleine de surprises, de rires et de poésie. Et surtout, qu’ils ne prennent pas le jeu du sniper trop littéralement!

Pour nous, c’est le sentiment du devoir accompli avant l’hibernation. Mine de rien, cette saison automnale nous a conduit des des chemins inattendus aux saveurs contrastées : ANNÉE, NUMÉRO, TERMINÉ, REMARQUONS, DIX-HUIT, AÉROPORT, BOULIMIE et PERSONNAGE. Des dizaines d’auteurs, nouveaux et anciens, se sont succédés sur la scène de la Taverne Jarry, armés de leur courage et du fruit de leur travail littéraire hebdomadaire. Nous leur disons bravo, merci, joyeuses fêtes et à bientôt!

Il est temps de ranger nos costumes de troubadours des mots et de nous refaire des neurones tous neufs d’ici au printemps…

Car OUI, c’est officiel, le Cabaret des auteurs du dimanche reprendra du service du 7 mai au 25 juin, même heure, même endroit!

Au plaisir de vous y (re)trouver!

L’automne à nos portes

Alors que l’été refuse de mourir (tiens bon, l’été!) et que les jeunes ont enfin trouvé une école pour les contenir (tenez bon, les jeunes!), voici revenir le Cabaret des auteurs du dimanche en mode automnal. Mode automnale = moins de short-cargos sur la scène.

affiche_cad_automne_2016_blogue

C’est écrit «15» sur l’affiche, parce que c’est encore la 15e saison. Le fameux principe tordu des deux saisons par saison.

Et du nouveau, il y en aura, aux côtés de l’inoxydable Stéphane Plante. D’abord, Geneviève Fortier, une nouvelle co-animatrice dont les habitués connaissent la plume. Ensuite, un presque nouveau DJ : Nick Provost, qui ne se gênera pas pour intervenir autrement qu’en mp3. Et puis des nouveaux auteurs, des nouveaux concepts, des surprises et ce qu’on fait de mieux : des bons mots. Qui font des bonnes phrases. Qui font des bons textes. Qui dont de bonnes soirées. C’est un peu ça, le principe, finalement.

On se retrouve donc à la Taverne Jarry dès le 26 septembre, heureux d’être en automne. Eh oui, ça se peut.