L’automne à nos portes

Alors que l’été refuse de mourir (tiens bon, l’été!) et que les jeunes ont enfin trouvé une école pour les contenir (tenez bon, les jeunes!), voici revenir le Cabaret des auteurs du dimanche en mode automnal. Mode automnale = moins de short-cargos sur la scène.

affiche_cad_automne_2016_blogue

C’est écrit «15» sur l’affiche, parce que c’est encore la 15e saison. Le fameux principe tordu des deux saisons par saison.

Et du nouveau, il y en aura, aux côtés de l’inoxydable Stéphane Plante. D’abord, Geneviève Fortier, une nouvelle co-animatrice dont les habitués connaissent la plume. Ensuite, un presque nouveau DJ : Nick Provost, qui ne se gênera pas pour intervenir autrement qu’en mp3. Et puis des nouveaux auteurs, des nouveaux concepts, des surprises et ce qu’on fait de mieux : des bons mots. Qui font des bonnes phrases. Qui font des bons textes. Qui dont de bonnes soirées. C’est un peu ça, le principe, finalement.

On se retrouve donc à la Taverne Jarry dès le 26 septembre, heureux d’être en automne. Eh oui, ça se peut.

Kermesse, surplus et exogamie

La 13e saison du Cabaret des auteurs du dimanche vient de s’achever sur une soirée exceptionnellement riche : neuf auteurs, des textes d’une qualité et d’une diversité incroyables, un public nombreux et réactif, on ne pouvait pas demander mieux! Les party des Fêtes vont devoir être bons pour qu’on puisse tenir jusqu’au printemps. Car oui, la prochaine saison du CAD est confirmée, elle aura lieu du 10 mai au 28 juin 2015.

Les trois dernières soirées automnales, sur les thèmes respectifs de kermesse, surplus et exogamie, ont prouvé l’utilité culturelle de notre modeste évènement littéraire.

Merci au public fidèle, qui est notre salaire et notre meilleur ambassadeur. Merci aux auteurs de relever chaque semaine ce pari fou. Merci aux animateurs pour leur talent et leur implication bénévole. Merci aux Pas Sages, qui ne portent jamais mieux leur nom que les dimanches soirs.

Reposez-vous, on se retrouve au printemps, tout bourgeonnants de textes…

Une rentrée menaçante?

Ne vous fiez pas à ce titre sensationnaliste inspiré par les robots qui remplacent les pupitreurs au Journal de Montréal : nous avons une bonne nouvelle!

Ce 21 septembre, c’est la rentrée du Cabaret des auteurs du dimanche! Yé!

Et le thème (pigé à l’aveugle et sous l’emprise de substances houblonnées dans un recueil de poésie), c’est MENAÇANTE. Oui, un adjectif féminin singulier. Tout se peut.

Nos prestigieux auteurs pour cette première : Reda Saoui, Catherine Ethier, Ghislain Taschereau, Jonathan Vaillancourt, Virginie Cloutier-Naud et Lydia Roy-Simard, Matthieu Balay, Cassandre Charbonneau-Jobin.

Vous retrouverez votre équipe d’animateurs composée de Fred Dubé, Stéphane Plante et Mario Bélanger (alias DJ Caméléon), des surprises, des nouveautés, et des mots, beaucoup de mots.

Alors on vous attend en grand nombre au bar Les pas sages à 20 h, météo menaçante ou pas.

Feuille d’automne

Voici l’affiche de notre saison d’automne. Elle contient une liste impressionnante d’auteurs, et pourtant… certains noms – et non des moindres – n’apparaissent pas car ils n’ont pas officiellement confirmé leur participation au Cabaret. Attendez-vous à être surpris!

Pour la première, le 22 septembre, on accueille du beau monde puisque nos auteurs seront Ghislain Taschereau, Yann Rocq, Sunny Duval, Lydia Roy-Simard et Julien Day.

Du côté de l’animation, le sémillant Stéphane Plante prend la relève de Fred Dubé (qui tiendra le rôle du sniper), et vous retrouverez DJ Caméléon (Mario Bélanger) et Maître Robert Larousse (Olivier Bruel) dans leurs personnages respectifs. Soyez-y!

Affiche

Cabaret d’automne

Alleluyah! La lumière a jailli, le miracle s’est produit, la prophétie s’est réalisée!

Il y aura un Cabaret des auteurs du dimanche cet automne. Il aura lieu du 22 septembre au 3 novembre 2013, à 20 h, à l’Inspecteur Épingle.

Et pour redémarrer en force (et en foi), le thème du dimanche 22 septembre sera «Résurrection».

Animateurs et auteurs vous seront bientôt dévoilés, mais attendez-vous à ce que ça ne brasse pas qu’au comptoir!